Une cérémonie d’inauguration des travaux marque le début de la construction du monticule à l’Installation de gestion à long terme des déchets

PHP_groundbreakingPort Hope (Ontario) – le 6 juillet 2016 – L’Initiative dans la région de Port Hope (IRPH) et ses partenaires gouvernementaux et privés ont jeté officiellement la première pelletée de terre mercredi dernier à l’emplacement de l’Installation de gestion à long terme des déchets de faible activité du Projet de Port Hope.

Parmi les invités d’honneur, il y avait : Kim Rudd, secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles et députée de Northumberland — Peterborough-Sud, et Bob Sanderson, maire de la municipalité de Port Hope. Ils se sont joints à des représentants des Laboratoires Nucléaires Canadiens, d’Énergie atomique du Canada limitée (EACL) et de l’entreprise chargée d’effectuer les travaux, ECC/Quantum Murray, lors d’une cérémonie d’inauguration des travaux marquant le début de la construction de la première cellule du monticule artificiel en surface où les déchets radioactifs historiques de faible activité seront stockés de manière sécuritaire pendant des siècles.

« Ces travaux représentent un autre jalon important pour le projet et la collectivité, a déclaré Craig Hebert, directeur général, IRPH. Une fois que la première cellule aura été aménagée, l’emplacement pourra commencer à recevoir des déchets et le nettoyage de Port Hope pourra commencer. »

Le projet de Port Hope, qui est le plus important projet de dépollution environnementale au Canada, comprend l’enlèvement d’environ 1,2 million de mètres cubes de déchets radioactifs historiques de faible activité de divers endroits dans la municipalité ainsi que la construction d’un monticule artificiel en surface pour le stockage sécuritaire à long terme de ces déchets. Le Bureau de gestion de l’IRPH, dirigé par les Laboratoires Nucléaires Canadiens, est chargé de réaliser ce projet pour le compte d’une société d’État, Énergie atomique du Canada limitée.

« Nous sommes dans une période intéressante où nous avons réalisé de réels progrès dans l’élimination des déchets radioactifs historiques de faible activité dans la collectivité, a ajouté Shannon Quinn, vice présidente, Sciences et Technologie, EACL. Ces progrès sont aussi très importants pour Énergie atomique du Canada limitée dans son rôle qui consiste à réaliser l’engagement du gouvernement du Canada d’assainir les terrains touchés. »

La cérémonie de mercredi a marqué le début des travaux sur la première des quatre cellules du monticule de haute technologie qui a été conçue pour isoler de façon sécuritaire les déchets en les enrobant d’un système de doublures multicouches et de systèmes de recouvrement. Les travaux seront entrepris par ECC/Quantum Murray LP de Toronto, une entreprise de construction de sites d’enfouissement et de remise en état de l’environnement ayant une vaste expérience acquise à divers endroits en Amérique du Nord.

Paul Hunt, directeur des services environnementaux à ECC/Quantum Murray, a ajouté qu’une main d’œuvre chevronnée avait été constituée pour construire la première cellule. « Nous avons une équipe solide et compétente qui a hâte de participer à ce projet, a-t-il dit. Nous sommes heureux d’avoir l’occasion de travailler avec l’Initiative dans la région de Port Hope et nous avons hâte de bien réaliser les travaux de manière sécuritaire tout en répondant aux attentes de la collectivité. »

La construction de la première cellule sera terminée vers la fin de l’année 2017, et la mise en place des déchets de la communauté devrait commencer en 2018.  
L’entrepreneur, ECC/Quantum Murray, qui a déjà réalisé avec succès d’autres projets pour l’IRPH, respectera à la lettre les plans détaillés de santé et de sécurité, comme l’oblige le permis remis à l’IRPH par la Commission canadienne de sûreté nucléaire pour le projet. Les obligations de l’entrepreneur à l’égard de la protection du public, des travailleurs et de l’environnement comprennent notamment la gestion de la poussière, la santé et la sécurité au travail, la radioprotection et la gestion de la circulation routière.

6 juillet 2016