Regroupement des programmes de gestion des déchets de faible activité dans un nouveau Bureau de gestion, à Port Hope

Port Hope, Ontario (17 novembre 2016) – Les programmes et les projets exécutés par les Laboratoires nucléaires canadiens (LNC) par l’entremise du Bureau de gestion de l’initiative dans la région de Port Hope (BG-IRPH) et le Bureau de gestion des déchets radioactifs de faible activité (BG-DRFA) sont regroupés dans le bâtiment situé sur le chemin Toronto, à Port Hope, qui abrite actuellement l’IRPH. 

Les deux équipes – qui partageaient déjà des ressources dans le domaine technique, environnemental, des communications et d’autres domaines – occuperont le même espace, dans un bureau de gestion qui s’appellera dorénavant le Bureau de gestion du Programme des déchets historiques (BG-PDH), situé au 115, chemin Toronto, où le travail autrefois réalisé par le BG-IRPH et le BG-DRFA continuera d’être fourni par les LNC.

« Les mandats et les obligations environnementales, réglementaires et juridiques des projets de l’IRPH à Port Hope et à Port Granby et les programmes et projets nationaux du BG-DRFA demeurent les mêmes, a déclaré Craig Hébert, directeur général du PDH. Nous continuerons d’échanger de la même manière avec tous nos intervenants – y compris les propriétaires, les membres du public, les municipalités de Port Hope et de Clarington et d’autres collectivités canadiennes et les mêmes travaux seront réalisés dans le cadre de tous les projets et programmes. » 

Le site Web et les coordonnées du personnel, y compris les numéros de téléphone et les adresses électroniques, restent les mêmes. Le Centre d’échange d’information – situé au 115, chemin Toronto – est toujours ouvert aux membres du public qui désirent obtenir des renseignements au sujet de l’IRPH. Le bâtiment du BG-DRFA, situé au 196, chemin Toronto, restera ouvert jusqu’à ce que le déménagement au nouveau Bureau de gestion du PDH soit terminé. On y offrira les mêmes services, y compris les services d’information du public.

« Cette fusion des deux bureaux de gestion en un seul nous permettra de planifier et d’exécuter plus efficacement les projets de gestion des déchets historiques, ce qui profitera aux collectivités visées et au public canadien en général », a déclaré M. Hebert.

17 novembre 2016