Construction d'installation de gestion à long terme des déchets

Cell 1 construction 20160830_0015Le projet de Port Hope maintient le cap et le nettoyage des déchets radioactifs historiques de faible activité pourra commencer en 2018 dans la municipalité de Port Hope. En effet, les choses se déroulent comme prévu puisque la première cellule du monticule artificiel, où les déchets seront entreposés, est maintenant terminée et que l’installation du système de revêtement de haute technologie est en cours.

Le site de l’installation de gestion à long terme des déchets de Port Hope a été le centre d’importants travaux de construction depuis le printemps dernier. L’entrepreneur général, ECC/Quantum Murray LP, a fini de préparer le site et a commencé à y apporter de l’équipement, des matériaux et des équipes de construction afin de construire la première cellule. Outre les travaux d’excavation, l’équipe a construit des bermes de périmètre autour de l’installation. En ce moment, l’argile de grande qualité qui servira de revêtement à la cellule est en train d’être posée et compactée, et des chargements d’autres matériaux fabriqués spécialement pour le système de revêtement du monticule sont en train d’être livrés et empilés sur le site. Ainsi, les travaux pourront commencer rapidement après les interruptions nécessaires pour maintenir l’intégrité du revêtement en hiver.

Le revêtement d’argile est un aspect essentiel de la performance du monticule. Il interagit avec d’autres composantes pour encapsuler les déchets dans le monticule et empêcher les eaux contaminées de pénétrer dans l’environnement.

Le compactage de l’argile sera suivi par l’installation d’autres couches artificielles et par un système de récupération du lixiviat, qui pompera les eaux contaminées situées à l’intérieur du monticule pour les acheminer vers l’usine de traitement des eaux usées récemment construite sur le site.

Dans la première (cellule 1) des quatre cellules du monticule artificiel en surface, on entreposera à long terme environ 450 000 mètres cubes de déchets, actuellement situés sur le site. Le contrat en vue de construire les autres cellules devrait être octroyé l’an prochain.

Pendant les travaux de construction, l’entrepreneur doit s’en tenir à des plans rigoureux de santé et de sécurité, comme l’exige l’IRPH en vertu du permis d’exploitation du projet de Port Hope qui lui a été accordé par la Commission canadienne de sûreté nucléaire. Ainsi, pour protéger le public, les travailleurs et l’environnement, l’entrepreneur doit notamment prendre des mesures au regard de la radioprotection, de la gestion de la poussière, de la santé et de la sécurité au travail, et de la gestion de la circulation.