Transfert de déchets résiduels de Port Granby vers l’installation de Port Hope

Les Laboratoires nucléaires canadiens (LNC) ont demandé à la municipalité de Port Hope (au nom d’Énergie atomique du Canada limitée – EACL) de modifier l’entente juridique sur laquelle repose l’Initiative dans la région de Port Hope (IRPH). Cette modification permettrait aux LNC de transférer pendant cinq ans un certain volume (6 500 m3) de déchets résiduels (boues) générés par l’usine de traitement des eaux usées de Port Granby vers l’installation de gestion à long terme de Port Hope.

Les travaux d’assainissement étant terminés sur le site de déchets de Port Granby, le monticule en surface de l’installation de gestion à long terme des déchets de Port Granby est maintenant recouvert et fermé et il ne sera plus possible d’y stocker des déchets résiduels provenant de l’usine de traitement qui, elle, continue de fonctionner.

Les déchets de Port Granby visés par ce transfert représentent moins de 0,5 % du volume total de ce que l’installation de Port Hope peut accueillir. Il serait moins risqué sur le plan environnemental de transporter les boues par camion vers l’installation de Port Hope que de parcourir de longues distances vers d’autres centres acceptant ce type de déchets.

La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) a confirmé que la licence actuelle du projet de Port Hope n'empêche pas le transfert de déchets d'une installation autorisée à l'autre. La modification n'aura pas d’effet négatif sur l'environnement et ni sur la sécurité du public.