Les LNC travaillent avec les propriétaires pour minimiser les répercussions des travaux de nettoyage

MPH-quarterly-update---2019-june-18Les LNC sont résolus à travailler en étroite collaboration avec les propriétaires pour régler les difficultés causées par les travaux de construction et de nettoyage réalisés dans certains quartiers résidentiels en vertu du Projet de Port Hope. Ce message a été réitéré devant le conseil municipal de Port Hope le 18 juin dernier, lors de la mise à jour trimestrielle. La mise à jour, effectuée par la directrice des Communications et des Relations avec les intervenants, Alex Mahabir, a également porté sur les travaux de l’IRPH récemment terminés par les LNC à Port Hope, et sur certains des défis qui ont freiné la progression des travaux, notamment sur les sites riverains. 

« Nous sommes conscients que ces vastes travaux d’assainissement sont réalisés en plein cœur d’une ville dynamique et que, inévitablement, ils ont des répercussions sur la collectivité, a déclaré Mme Mahabir. Nous sommes résolus à travailler avec toutes les parties pour atténuer ces effets dans les plus brefs délais. »   

Les travaux dans les résidences vont se poursuivre cette année et nous discutons avec les propriétaires pour veiller à ce que, dans la mesure du possible, des rajustements soient apportés pour obtenir des résultats satisfaisants pour eux, et ce, tout en respectant les obligations qui sont les nôtres en vertu de l’entente en droit, du permis de la Commission canadienne de sûreté nucléaire et des évaluations environnementales. De plus, les résidents de quartiers touchés par les travaux sont invités à des séances d’information pour discuter des éventuelles répercussions, de la séquence des travaux et d’autres questions, comme le stationnement et la circulation.

Autre nouvelle, les déchets stockés provisoirement sur trois sites de la municipalité ont été transportés à l’installation de gestion à long terme des déchets de Port Hope pour y être gérés en toute sécurité. Mme Mahabir a signalé que le site de l’usine de traitement des eaux usées, situé dans la zone riveraine est de Port Hope, correspond au site de stockage provisoire le plus récent qui devra être remis en état dans le cadre de l’IRPH. Dans ce secteur, les travaux visent aussi le premier site de déchets industriels - la cellule de stockage de l’usine de traitement des eaux usées -- qui a été assaini dans le cadre de l’IRPH. 

Les travaux se poursuivent dans le port de Port Hope et sur le site riverain près de la plage ouest, mais nous avons dû mettre en place des stratégies pour gérer le niveau très élevé de l’eau. « Nos stratégies consistent par exemple à traiter les eaux sur place ainsi qu’à l’usine de traitement des eaux usées, ainsi qu’à réduire la profondeur des excavations sur le site et à resserrer les mesures de contrôle de l’érosion, ce qui, dans l’ensemble, a permis d’améliorer la situation. »

Mme Mahabir a également indiqué que les travaux débuteront cet été sur le site de la rue Mill, après la saison de nidification. Elle a également signalé que le processus de délivrance de permis est en cours pour faciliter les travaux sous les viaducs.

En ce qui concerne les travaux à l’installation de gestion à long terme des déchets, ils consistent à recevoir les déchets provenant de divers sites municipaux, ainsi qu’à construire les deux dernières cellules de stockage. Mme Mahabir a signalé que la gestion sécuritaire des déchets est une question d’intérêt public, comme l’ont montré les résultats de la dernière enquête sur l’attitude du public à l’égard de l’IRPH. Les résidents sont surtout préoccupés par l’incertitude entourant les effets du confinement à long terme des déchets. « Je tiens à rassurer la population sur le fait que le monticule a été conçu pour isoler les contaminants de l’environnement », a déclaré Mme Mahabir. Elle a également indiqué que les systèmes de surveillance installés dans le monticule montrent que le système de revêtement hermétique qui isole les déchets fonctionne comme prévu.  « Lorsque le monticule sera scellé, l’installation sera exploitée et entretenue par du personnel qualifié », a-t-elle ajouté.  

Mme Mahabir a conclu sa présentation en rappelant à l’auditoire que « l’IRPH est une solution qui a été décidée par la collectivité pour répondre à un problème environnemental de longue date » et que les LNC continuent de travailler avec les propriétaires de résidence et la municipalité pour régler tous les problèmes qui pourraient se poser.

26 juin 2019