Les divulgations publiques

L’information suivante est fournie en vertu de l’engagement permanent pris par les Laboratoires nucléaires canadiens (LNC) de divulguer volontairement au public tout incident se produisant dans le cadre de l’Initiative dans la région de Port Hope.


Port Hope, 28 juillet 2017
À la suite de l’annonce faite le 25 juin dernier par les LNC, au sujet du débordement d’eau de surface non traitée des anciens bassins de récupération situés sur le terrain de l’installation de gestion à long terme des déchets du Projet de Port Hope, on trouvera ci-dessous les résultats des analyses des échantillons d’eau prélevés dès la découverte de l’incident. Les échantillons d’eau ont été recueillis conformément aux pratiques exemplaires en vigueur dans l’industrie et ils ont été acheminés à un laboratoire indépendant accrédité, afin d’y être analysé.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
PHP Water Overflow Results_FINAL_2017 July 28_FR      
Les résultats ont été comparés aux critères de qualité pour la protection de la vie aquatique établis par la province et le gouvernement fédéral. Ces résultats confirment que le débordement a eu un effet négligeable sur le ruisseau Brand, en aval de l’installation.Le ruisseau Brand coule au sud du fossé Clark pendant environ trois kilomètres, puis se jette dans le lac Ontario.

Les concentrations élevées d’arsenic et d’uranium qui ont été observées dans le fossé Clark, qui se jette dans le ruisseau Brand, sont semblables à celles des études de base réalisées en 2005, dans le cadre de l’évaluation environnementale du Projet de Port Hope. Plus le Projet de Port Hope avancera, plus la qualité de l’eau sera bonne dans le fossé Clark.  

LNC prennent très au sérieux leur obligation de protéger l’environnement et continuent de surveiller étroitement la qualité et le niveau des eaux sur le site de l’installation de gestion à long terme des déchets de Port Hope.


Port Hope, le 28 juin 2017

Pour faire suite à l’avis de divulgation du 25 juin dernier, les mesures d’atténuation mises en place à l’installation de Port Hope demeurent efficaces. Des échantillons d’eau prélevés hors site ont été analysés par rapport aux critères provinciaux et fédéraux de protection de la vie aquatique. Les résultats de cette analyse indépendante confirment que les effets du débordement sur l’environnement ont été négligeables.


Port Granby, le 25 juin 2017

En raison de conditions météorologiques extrêmes et de précipitations record dans la région de Durham et du comté de Northumberland le 23 juin 2017, les eaux de surface d’un bassin de rétention ont débordé. Ce bassin est situé dans la gorge est du site de l’actuelle installation de gestion des déchets de Port Granby, sur la rive sud du chemin Lakeshore. Un petit volume d’eau souterraine et de surface, évalué à environ deux à cinq mètres cubes, s’est écoulé dans le lac Ontario pendant ce court incident.

Pendant cet incident, la santé ou la sécurité des travailleurs ou du public n’a pas du tout été mise en danger, et les résultats d’une analyse indépendante d’échantillons d’eau prélevés près du bassin de rétention devraient montrer que les effets sur l’environnement ont été négligeables, car les eaux du bassin qui ont débordé ont été largement diluées par les précipitations abondantes.

Les LNC ont pris les devants pour avertir la Commission canadienne de sûreté nucléaire et effectueront des mises à jour sur cet incident dès que de nouveaux éléments d’information seront disponibles.


Port Hope, le 25 juin 2017

En raison de conditions météorologiques extrêmes et de précipitations record dans la région de Durham et du comté de Northumberland, les bassins de rétention des eaux pluviales de l’installation de gestion à long terme de Port Hope ont dépassé leur capacité de stockage. À environ 9 h 30 le 23 juin 2017, l’eau des bassins de gestion des eaux pluviales a débordé et s’est écoulée vers le fossé Clark et le ruisseau Brand, avant de se déverser dans le lac Ontario.

Dès que les LNC ont découvert l’incident, ils ont immédiatement pris des mesures visant à contenir les eaux du bassin de rétention. Ils ont notamment placé des sacs de sable pour détourner l’eau de débordement dans un puisard situé sur le site et installé d’autres pompes pour diminuer le volume d’eau stockée dans les bassins. Aux environs de midi, le débordement avait largement diminué et à 14 h, il s’était complètement résorbé.

Une analyse indépendante des échantillons d’eau ayant débordé des bassins de gestion des eaux pluviales a indiqué que les concentrations de contaminants se rapprochaient des objectifs environnementaux de rejets acceptés par la Commission canadienne de sûreté nucléaire(CCSN). Les fortes précipitations ont probablement dilué les eaux pluviales. Par conséquent, les concentrations de contaminants rejetées dans le ruisseau Brand et le lac Ontario sont jugées négligeables.

Le 24 juin, les LNC ont pris des précautions supplémentaires et construit des talus de terre pour s’assurer qu’aucune eau de surface provenant d’autres sources ne pénètre dans le puisard.

Les LNC effectueront des mises à jour sur l’incident du 23 juin dès que de nouveaux éléments d’information seront disponibles.


Port Granby, le 31 mai 2017

Le 30 mai 2017, l’alarme incendie s’est déclenchée dans l’installation de traitement des eaux usées du Projet de Port Granby situé sur le chemin Elliott, dans la municipalité de Clarington. Conformément au protocole sur les situations d’urgence des LNC, tous les travailleurs ont immédiatement été évacués du bâtiment. Les services d’urgence et d’incendie ont automatiquement été dépêchés sur les lieux et sont arrivés rapidement sur le site. Le personnel des services d’incendie ont inspecté le bâtiment et déterminé qu’il s’agissait d’une fausse alarme.

Les LNC ont demandé à un entrepreneur de vérifier le système d’alarme incendie et de procéder aux travaux d’entretien ou de réparation s’imposant, le cas échéant.

À aucun moment les travailleurs, le public ou l’environnement n’ont-ils couru de risque pendant cet incident, qui était une fausse alerte. Les LNC ont agi de façon proactive et mis la Commission canadienne de sûreté nucléaire au courant de l’incident.


Port Granby, le 21 avril 2017

Le 17 avril 2017, pendant une inspection de routine, les LNC ont été informées d’une fuite dans un conduit souterrain, sur le site de l’installation de gestion à long terme des déchets du Projet de Port Granby. Dès que cette fuite a été décelée, le conduit a été isolé de manière à interrompre le passage de l’eau qui était pompée depuis l’installation de gestion des déchets actuelle pour être traitée à l’usine de traitement des eaux usées du Projet de Port Granby. En raison de cette fuite, des eaux non traitées se sont écoulées sur le site. Une enquête a permis de cerner l’origine de la fuite. Cette dernière a été colmatée et le conduit a été remis en service le 19 avril 2017.


Archive

28 juillet 2017